Image newsletter - Cipav 2019

Newsletter - 1er semestre 2019

Entretien avec Philippe Castans

Philippe Castans - la Cipav

 

Quel est votre parcours professionnel ?

 

J’ai été diplômé d’architecture aux Beaux-Arts de Paris en septembre 1983. J’ai commencé à travailler en tant que professionnel libéral en janvier 1984 où j’ai monté ma première affaire. J’ai ensuite fait le choix de m’engager dans une société de communication pendant 3 ans, où il m’a été proposé de monter un bureau d’étude au sein de l’entreprise. Je travaille depuis 1993 à mon compte et j’exerce la profession d’architecte scénographe à Paris.

 

En parallèle, en 1998, j’ai été élu au Conseil Régional de l’ordre des Architectes (CROA) puis élu au Conseil National des Architectes (CNOA) en tant que trésorier adjoint, secrétaire adjoint puis secrétaire général. Fin 2008, j’ai occupé un poste d’administrateur à la Cipav pendant 6 ans avant d’être réélu en 2014 puis nommé président en janvier 2015. Mon mandat s’est d’ailleurs renouvelé récemment, en janvier 2018, ce qui permet une réelle continuité dans la gouvernance. Les travaux d’amélioration de la qualité de service engagés depuis quatre ans vont pouvoir être poursuivis.

 

Quelles ont été vos motivations à vous investir en tant qu’administrateur de la Cipav, puis en tant que président ?

 

Etant impliqué en tant que secrétaire au CNOA, je me suis rapidement penché sur des thématiques de déontologie pour les architectes. Certains de mes confrères m’ont alors incité à me présenter au conseil d’administration de la Cipav. C’était en quelque sorte une suite logique des choses qui m’a finalement amené à occuper un poste d’administrateur à la Cipav.

 

J’ai alors pris connaissance des méthodes de fonctionnement de cette caisse de retraite où il y avait beaucoup à faire. De nombreux problèmes de gestion avaient lieu jusqu’en 2014, notamment dans la relation adhérent (courrier, téléphonie). En étroite collaboration avec l’équipe de direction, nous avons pu, jusqu’à présent, trouver des solutions adéquates pour atteindre nos objectifs et délivrer de nettes améliorations sur l’ensemble du service.

 

En quoi consistent vos missions au sein de la Cipav ?

 

En tant que président de la Cipav, je m’occupe de l’animation du conseil d’administration en interne, mais aussi de la représentation de la Cipav en externe. En somme, le conseil d’administration joue un rôle politique puisqu’il définit les grandes lignes du projet d’entreprise, ce qui m’intéresse beaucoup. D’ailleurs, l’un de nos plus gros projets a représenté - et représente toujours – la refonte du fonctionnement et l’optimisation de l’organisation de la caisse. En effet, la Cipav fut un temps un organisme qui bougeait peu, plutôt figé.

 

C’est pourquoi nous avons décidé de moderniser l’ensemble des processus depuis ces trois dernières années pour enfin faire évoluer les choses.

 

Depuis 2015, la Cipav multiplie les actions destinées à renforcer sa proximité physique avec ses adhérents (RER, PAR, salons). D’autres moyens ont-ils permis d’améliorer la qualité de service ?

 

En effet, la proximité avec les adhérents a beaucoup évolué, et ce de manière positive. L’adhérent doit trouver l’information qu’il recherche, avoir des réponses à ses questions. Avec le nombre exponentiel d’adhérents que la Cipav possède, il était nécessaire que nous nous déplacions à leur rencontre en dehors de Paris. C’est dans cette démarche que sont nées les réunions en régions (RER) et les points d’accueil en région (PAR) en 2015. Depuis, ce système fonctionne bien et nous avons de bons retours. Nos adhérents parisiens ne sont donc plus les seuls privilégiés à pouvoir nous rendre visite !

 

Parallèlement, il est vrai que notre traitement du courrier et du centre d’appel téléphonique ont vécu de nettes améliorations. Le nouveau fonctionnement de ces moyens de communication a été repensé et traité avec un maximum d’efficacité depuis quatre ans par l’équipe de direction afin d’éviter que des anomalies ne se reproduisent. L’objectif reste celui de faire avancer le projet d’entreprise de la Cipav pour offrir la meilleure qualité de service possible à nos adhérents.

Entretien avec Philippe Castans

Philippe Castans - la Cipav

 

Quel est votre parcours professionnel ?

 

J’ai été diplômé d’architecture aux Beaux-Arts de Paris en septembre 1983. J’ai commencé à travailler en tant que professionnel libéral en janvier 1984 où j’ai monté ma première affaire. J’ai ensuite fait le choix de m’engager dans une société de communication pendant 3 ans, où il m’a été proposé de monter un bureau d’étude au sein de l’entreprise. Je travaille depuis 1993 à mon compte et j’exerce la profession d’architecte scénographe à Paris.

 

En parallèle, en 1998, j’ai été élu au Conseil Régional de l’ordre des Architectes (CROA) puis élu au Conseil National des Architectes (CNOA) en tant que trésorier adjoint, secrétaire adjoint puis secrétaire général. Fin 2008, j’ai occupé un poste d’administrateur à la Cipav pendant 6 ans avant d’être réélu en 2014 puis nommé président en janvier 2015. Mon mandat s’est d’ailleurs renouvelé récemment, en janvier 2018, ce qui permet une réelle continuité dans la gouvernance. Les travaux d’amélioration de la qualité de service engagés depuis quatre ans vont pouvoir être poursuivis.

 

Quelles ont été vos motivations à vous investir en tant qu’administrateur de la Cipav, puis en tant que président ?

 

Etant impliqué en tant que secrétaire au CNOA, je me suis rapidement penché sur des thématiques de déontologie pour les architectes. Certains de mes confrères m’ont alors incité à me présenter au conseil d’administration de la Cipav. C’était en quelque sorte une suite logique des choses qui m’a finalement amené à occuper un poste d’administrateur à la Cipav.

 

J’ai alors pris connaissance des méthodes de fonctionnement de cette caisse de retraite où il y avait beaucoup à faire. De nombreux problèmes de gestion avaient lieu jusqu’en 2014, notamment dans la relation adhérent (courrier, téléphonie). En étroite collaboration avec l’équipe de direction, nous avons pu, jusqu’à présent, trouver des solutions adéquates pour atteindre nos objectifs et délivrer de nettes améliorations sur l’ensemble du service.

 

En quoi consistent vos missions au sein de la Cipav ?

 

En tant que président de la Cipav, je m’occupe de l’animation du conseil d’administration en interne, mais aussi de la représentation de la Cipav en externe. En somme, le conseil d’administration joue un rôle politique puisqu’il définit les grandes lignes du projet d’entreprise, ce qui m’intéresse beaucoup. D’ailleurs, l’un de nos plus gros projets a représenté - et représente toujours – la refonte du fonctionnement et l’optimisation de l’organisation de la caisse. En effet, la Cipav fut un temps un organisme qui bougeait peu, plutôt figé.

 

C’est pourquoi nous avons décidé de moderniser l’ensemble des processus depuis ces trois dernières années pour enfin faire évoluer les choses.

 

Depuis 2015, la Cipav multiplie les actions destinées à renforcer sa proximité physique avec ses adhérents (RER, PAR, salons). D’autres moyens ont-ils permis d’améliorer la qualité de service ?

 

En effet, la proximité avec les adhérents a beaucoup évolué, et ce de manière positive. L’adhérent doit trouver l’information qu’il recherche, avoir des réponses à ses questions. Avec le nombre exponentiel d’adhérents que la Cipav possède, il était nécessaire que nous nous déplacions à leur rencontre en dehors de Paris. C’est dans cette démarche que sont nées les réunions en régions (RER) et les points d’accueil en région (PAR) en 2015. Depuis, ce système fonctionne bien et nous avons de bons retours. Nos adhérents parisiens ne sont donc plus les seuls privilégiés à pouvoir nous rendre visite !

 

Parallèlement, il est vrai que notre traitement du courrier et du centre d’appel téléphonique ont vécu de nettes améliorations. Le nouveau fonctionnement de ces moyens de communication a été repensé et traité avec un maximum d’efficacité depuis quatre ans par l’équipe de direction afin d’éviter que des anomalies ne se reproduisent. L’objectif reste celui de faire avancer le projet d’entreprise de la Cipav pour offrir la meilleure qualité de service possible à nos adhérents.